Le Parc

Guide Architectural Royan 1950

royan-le-parc-vue-aerienneLe Parc forme avec l'Oasis le quartier est de Royan. Il borde la Grande Conche et se partage entre Saint-Georges de Didonne et Royan. Loti sur un réseau de dunes échangées avec l'État, à partir de 1885, le nouveau quartier du Parc s'éloigne du plan hippodaméen propre à Pontaillac pour proposer, comme à Arcachon, un enchevêtrement d'allées et de rues à la manière d'un vaste jardin à l'anglaise, coupant ainsi tous les désagréments de la houle et des embruns. Créé comme « Ville d'hiver » de Royan grâce à l'action d'Eugène Pelletan et de Frédéric Garnier, le Parc affirme rapidement une identité de quartier huppé et aisé, accueillant des familles de notables régionaux ou parisiens et les célébrités de la station. Zola y séjourne de 1886 à 1888. Considérablement épargné lors du bombardement de 1945, il a su conserver un excellent rapport au végétal. La guerre a laissé pourtant quelques villas détruites qu'il a fallu reconstruire, créant des contrastes saisissant entre les modénatures alambiquées de l'architecture de « la Belle Époque », de l'Entre-deux guerres et un nouveau langage architectural réinventé et simplifié, fruit de nouvelles références. La rencontre remarquable entre ces deux époques est illustrée par la situation, sur le boulevard Garnier, au bord de la Grande Conche, de la villa « Ombre Blanche », chef-d'oeuvre des années 50 par ses lignes sobres et horizontales, entre deux remarquables villas « 1900 », développant leurs lignes verticales et ornementées. En qualité de quartier périphérique résidentiel, le Parc présente peu d'architecture monumentale, hormis l'église Notre-Dame du Parc, notable transcription royannaise d'un modèle architectural brésilien. Il recèle cependant de nombreux projets étonnants par leur qualité et leur singularité. Sans contrainte stylistique imposée, excepté la volonté des propriétaires, les architectes laissent libre cours à leur créativité. Aussi, de grands noms de la Reconstruction comme Pierre Marmouget, Louis Simon, Marc Quentin ou encore Claude Bonnefoy, choisiront de mettre en oeuvre leur savoir-faire sur ces villas, exercice très différent des grands projets monumentaux du Centre, mais qui produit sans doute quelques-unes des plus intéressantes réalisations de leur époque en développant le style propre à chacun de ces créateurs.

 


**

église Notre-Dame de l'Assomption

  • René BARATON
  • Jean BAUHAIN
  • Marc HEBRARD

**

îlot 50

  • Yves SALIER

*

immeuble

  • J. PAPEGAY

*

immeuble

  • Marcel CANELLAS

*

immeuble

  • Marc QUENTIN

**

petit immeuble "La Perrinière"

  • Marcel BARNIER
  • J. DAUGROIS

**

villa

  • Marc QUENTIN

*

villa

  • Alex BOURGE

*

villa

  • Claude BONNEFOY

***

villa

  • Pierre MARMOUGET
  • Edouard PINET

*

villa "Esparros"

  • André PLANTECOSTE

*

villa "Kirou play"

  • René BARATON
  • Jean BAUHAIN
  • Marc HEBRARD

*

villa "maison B"

  • Marc QUENTIN

**

villa "Mariate"

  • Paul DREMILLY

***

villa "Ombre blanche"

  • Claude BONNEFOY

*

villa "Pomme de pin"

  • René BARATON
  • Marc HEBRARD

*

villa "vent de sable"

  • André HOFFELT
  • Maurice LEGROS

***

villa mitoyenne

  • R. BARRE

Recherche

Protections

ZPPAUP : Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager

MH : Monuments Historiques

Label XXe

En savoir plus...

Recherche avancée

Bouton recherche avancée widget

la boutique de royan

La boutique de royan

OFFREZ-VOUS ROYAN !
Livres, images, affiches, posters, souvenirs...