Bancon Michel

Né à Bordeaux en 1926, il intègre en 1943 l'École spéciale des Travaux Publics, section bâtiment.
L'ensemble de son œuvre le rapprochera des architectes, après un court passage en bureau d'étude d'entreprise. Il s'installe en libéral dans la villa familiale Fleur de Mai à Royan à 23 ans, pour participer à la Reconstruction sur des projets neufs à grande échelle : Front de Mer, îlots, immeubles. Sa première réhabilitation concerne la mairie de Royan (1950); il intervient ensuite sur une église en fusée céramique, Notre-Dame du Parc
Son goût pour le bâti ancien s'exprimera alors pleinement et avec passion dans diverses réparations, transformations, réhabilitations, surélévations ou reprises en sous-œuvre qui le méneront aux quatre coins du monde. Il est ainsi amené à intervenir, suivant les cas pour avis, diagnostics, projets et réalisations, sur des édifices majeurs que l'on ne saurait tous énumérer : cathédrales de Reims, Sens, Amiens, Nantes, Poitiers, Lizieux, Béziers, Marseille, Chartres, Versailles, Grenoble, Paris, Beauvais, Senlis, Melun, Lausanne; châteaux de Pau, Chambord et Vincennes; remparts de Provins et de Carcassonne, arènes de Nîmes; à Paris : Hôtel des Invalides, Grand Palais, Panthéon, Arc de Triomphe, Banque de France, Musée Carnavalet et du Jeu de Paume; immeuble de la place des Vosges; ou encore la salle des locomotives au Creuso
Il réalise des projets spéciaux quand il s'agit de déplacer le lavoir de la Bastille, soulever le clocher de Saint Émilion, relever de 3 mètres l'église de Tous les Saints de Koulisky à Moscou, redresser par vérins le clocher de Meulan, stabiliser par précontrainte verticale les cheminées de l'ancienne usine d'armement de Châtellerault. On le retrouve encore comme expert à Mexico après le tremblement de terre, à Lisbonne après l'incendie de Chiado, à Jérusalem pour assurer la stabilité du Saint Sépulcre, au temple d'Angkor pour l'Unesco, à Marrakech au chevet de la Koutoubia.
Sa curiosité toujours en éveil fait qu'il ne néglige nullement les édifices plus modestes. Sa longue fréquentation du bâti ancien l'a familiarisé aux logiques des anciens constructeurs, aux rapports, au-delà des modes du temps présent, entre architecture, construction et style. Cette culture et cette passion, il devait les faire partager à des générations de jeunes architectes, et de moins jeunes, auprès desquels il était amené à intervenir. Il enseigne à Paris depuis 1965 à l'unité pédagogique n°1, devenue Paris Villemin, au Centre d'Étude Supérieur d'Histoire et de Conservation des Monuments anciens (Chaillot), à l'École de Versailles et en coopération en Thaïlande, à Moscou et à Mexico.
Il sera aussi auprès de différents architectes pour la réalisation de bâtiments nouveaux : "Les terrasses" d'Évry avec Andrault et Parat, la tour Frantel à Nancy avec Binoux et Folliasson, la piscine du Stade Français à Boulogne avec Maillard et Ducamp, les musées de Nemours et de Villeneuve d'Ascq avec Roland Simounet.
Son mode d'intervention a toujours favorisé le dialogue avec les autres professions, les architectes bien sûr mais aussi les urbanistes, archéologues, historiens hydrogéologues, les spécialistes des matériaux... Il est président et fondateur de l'association "Monuments du Monde" qui regroupe des experts de différentes professions partageant sa passion.

 


Retour

Recherche

la boutique de royan

La boutique de royan

OFFREZ-VOUS ROYAN !
Livres, images, affiches, posters, souvenirs...