Champlain Samuel

samuel champlain

S'il existe une quasi-certitude pour que le lieu de naissance de Champlain soit Brouage, les estimations de sa date de naissance varient entre 1567 et 1580, ce qui en fait malgré tout, à coup sûr, le cadet de Dugua.
Un autre mystère demeure, celui de son prénom biblique, Samuel, évoquant une origine protestante, alors qu'il se déclare catholique dès son récit de 1603. De plus, la particule dont il orne son nom est également d'origine indéterminée. Mais le brouillard gommant la silhouette de Champlain (comme pour Dugua, tous les portraits connus de lui sont fantaisistes !) sied à l'image qui nous est parvenue du personnage, plus artiste et curieux que marchand, missionnaire ou chef d'expédition, mais doué d'un courage et d'une rigueur scientifique exemplaire. Parce qu'il a écrit et illustré les récits de ses voyages, il est plus réputé que la plupart des explorateurs de son temps. Comment Champlain est-il devenu aussi avisé tant en dessin, qu'en géographie, cartographie, écriture documentaire et navigation océanique ? Nul ne le sait vraiment.

Il traverse l'Atlantique, à 23 reprises d'abord vers l'Amérique du Sud, ensuite vers le Canada. À chaque fois, jaillit un récit et l'homme devient pratiquement ethnologue, avec une précision qui n'enlève rien à la facilité allègre d'une écriture simple, directe, imaginative. En fait, il semble que Champlain ait toujours considéré le Canada comme une escale sur la route de la Chine, vers où l'entraînaient sa curiosité, son goût perpétuel pour la connaissance des êtres et des choses, l'envie de les décrire et de les faire connaître. Lors de son voyage de 1603, il remonte le Saint-Laurent en étant persuadé qu'il s'agit du passage vers la mer d'Asie. À son retour, il fait au roi Henri IV une relation de ce périple qui donne lieu à l'édition d'un livre intitulé « Des Sauvages ». Au-delà d'un titre réducteur, il s'agit du récit détaillé de l'expédition, laquelle avait pour but, à la fois de découvrir de nouvelles terres et d'évaluer leurs richesses, mais également d'entrer en contact avec les chefs des peuples indigènes, afin de s'en faire plus tard des alliés pour la traite des fourrures et le commerce en général. Le titre exotique « Des Sauvages » est choisi, peut-être pour appâter le lecteur, mais surtout parce que Champlain est impressionné par ses rencontres avec les Montagnais, les Algonquins, les Hurons et les autres représentants des Peuples Premiers.
Au fil des séjours, il use couramment d'un paternalisme de bon aloi avec les Amérindiens, s'efforçant de les convertir à son mode de vie et sa religion : il adopte trois « sauvagesses », qu'il nomma Foi, Espérance et Charité. Sa vive intelligence, son esprit d'initiative, ses talents de capteur d'impressions et d'images permettent que l'entreprise menée par Dugua, à partir de 1604, en Acadie, aboutisse à la fondation emblématique de Québec, en 1608. Il y meurt le 25 décembre 1635. La grande qualité de ses « Livres de voyages » lui vaut très tôt une forte popularité, en France autant qu'au Canada. Il est souvent nommé le « Père de la Nouvelle- France ». Ce titre aurait dû lui être attribué en partage. Mais Champlain ne peut être accusé d'avoir cherché à l'usurper, alors qu'il a été l'homme de confiance et le réalisateur fidèle des projets rêvés et initiés par Dugua de Mons.


Retour

la boutique de royan

La boutique de Royan

OFFREZ-VOUS ROYAN !
Livres, images, affiches, posters, souvenirs...