Croix sur Royan

Portrait B

Samuel Besançon fut le pasteur de Royan de 1939 à 1951. Un homme d'idéal, en même temps qu'un esprit volontiers ironique.
Pendant toute la guerre, et plus particulièrement durant la poche, il devint un des chefs de la Résistance royannaise. Comme nombre de ses compatriotes, il subit le bombardement de 1945.

Puis il fit tout pour secourir la ville et très vite pensa qu'une bonne façon de le faire était d'élever une sorte de mémorial du souvenir aux victimes.

Il établit la liste des morts, ce qu'il considérait comme l'essentiel de sa mission, puis raconta ses souvenirs encore brûlants. Mais, homme réservé, il négligea de les publier. Ces mémoires, exceptionnelles de vérité, mêlant l'humour du quotidien à l'absurdité du drame, sont le plus beau texte jamais écrit sur Royan, ville qu'on prétendait "bombardée par erreur".

 

Une seconde vie pour «Croix sur Royan».

Croix

Les mille premiers exemplaires s'étaient écoulés sans même avoir le temps d'y penser. «Croix sur Royan» fait partie de ces ouvrages qui font désormais partie du patrimoine de la station balnéaire, témoignage précis d'un patriote engagé dans la Résistance, mais également d'un homme engagé dans sa foi. Le pasteur Samuel Besançon a rédigé ces mémoires dans les années qui ont immédiatement suivi le conflit. Ses enfants ont pris sur eux de proposer ces feuillets inédits en 2000 au Croît-Vif, maison d'édition dirigée par François-Julien Labruyère.
Ce fut un succès. L'ouvrage renaît à l'aube du soixantième anniversaire de la Libération de la Poche de Royan, sous l'impulsion de Pierre-Louis Bouchet. Les éditions Bonne-Anse se sont associées au Croît-Vif pour le rééditer. Cinq cents exemplaires sont mis en circulation.

Par Phillipe Belhache de Sud Ouest

 

Cahiers d'écolier

"Cela correspondait à une attente, explique Pierre-Louis Bouchet. C'est un texte très vivant et très bien écrit, qui aborde avec parfois beaucoup d'humour une période et des événements très difficiles. Et l'histoire de ce livre reste surprenante..." Le pasteur Besançon a en effet écrit cet ouvrage dans les années qui ont suivi la Libération, rédigeant ces souvenirs dans de petits cahiers d'écolier. De son père, Henry Besançon ne connaissait qu'un petit fascicule intitulé «Royan n'est plus». Jusqu'au jour où il relève dans l'ouvrage de Christian Genet et Bernard Ballanger, «Royan sous les Bombes» (1), une citation extraite de ses mémoires, qu'il ne connaissait pas. «Nous avons cherché le manuscrit. Il était heureusement resté dans la famille. Mon père est décédé en 1969, il n'avait jamais fait publier ce texte. Peut-être n'avait-il pas osé. Le contexte politique de l'après-guerre était tendu...»

 

Une référence

Les feuillets originaux sont aujourd'hui exposés au musée municipal de Pontaillac à quelques centaines de mètres de l'avenue Louise, où ils ont été rédigés, mis en valeur dans le cadre de l'exposition «Libérations».

«On ne le trouvait plus en librairie, alors que c'est une référence absolue, s'enflamme Pierre-Louis Bouchet. Je suis entré en contact avec le Croît-Vif pour étudier une possibilité de réédition, Bonne-Anse se faisant ambassadeur pour la distribution sur son secteur de prédilection, le pays royannais». L'affaire s'est faite à la grande satisfaction des partenaires. «C'est même une première pour le Croît-Vif, sourit Didier Catineau, attaché de presse du Croît-Vif en Charente-Maritime. Nous allons proposer ce nouveau tirage dans le circuit classique des points de vente du pays royannais. Mais aussi à la librairie Pierre-Loti de Rochefort et à l'espace culturel du centre Leclerc de Saintes». Quel succès espèrent-ils de cette nouvelle sortie ? «La question n'est même pas là, reprend Pierre-Louis Bouchet. La demande est là, c'est certain. Mais, dans ce cas précis, il s'agit plus d'une opération affective que d'un coup éditorial. Nous avons eu à coeur de rendre ces feuillets de nouveau disponibles, car ils constituent à mon sens le meilleur témoignage qui soit sur cette période. L'ouvrage est très documenté et amène une dimension sociologique, parfois absente d'ouvrages plus axés sur les événements». Une approche d'autant plus affective que les familles Bouchet et Besançon entretiennent d'étroites relations d'amitié depuis de nombreuses années. Mais aussi une nouvelle reconnaissance pour cet ouvrage, à l'approche des cérémonies de commémoration.

 
Sudouest

L'éditeur de Bonne-Anse, Pierre-Louis Bouchet,
s'associe au Croît-Vif pour donner une nouvelle vie à l'ouvrage du père d'Henry Besançon

 

Recherche

la boutique de royan

La boutique de royan

OFFREZ-VOUS ROYAN !
Livres, images, affiches, posters, souvenirs...

Gagnez Royan

Gagnez Royan