Bruno Izambard en Corée

«Corea welcomes the world»

Voilà qui change du « Buy Korean » qui s'affichait partout à mon arrivée, il y a deux ans. La World Cup c'est un grand événement ici (on a construit une dizaine de stades neufs), et l'on peut être sûr que le pays fera le maximum pour donner la meilleure image au monde. D'ailleurs on a repeint tout le pays en vert. Depuis le 15 mai, les rizières ont été replantées, le paysage est beaucoup plus beau.

Les équipes ont été reçues dans des conditions de sécurité très importantes, notamment les Américains, fortement implantés militairement dans le pays. D'ailleurs, ils ont même amenés leurs forces spéciales avec eux. Lors du match amical Corée France qui s'est déroulé à Suwon, on pouvait voir les militaires coréens en tenues camouflage sur les collines entourant le stade. À l'extérieur du stade, les forces de polices étaient très importantes, dans le stade des stewards étaient là pour vous demander de rester assis, de ne pas fumer, etc... En fait « big brother is watching you ». Il faut savoir qu'ici pour une manifestation, le nombre de policiers est au moins le double de celui des manifestants.

Pour ce match, le stade de 45000 places était plein, normal la Corée jouait. Les quelques Français présents (environ 600 regroupés dans une partie de virage plus quelques-uns parsemés dans le stade) paraissaient bien isolés face aux supporters coréens très bien organisés. Le «Té Han Min Gouk» résonnait très fort dans le stade (vive la république de Corée). Les «Allez les Bleus» paraissaient bien faibles. On pourra penser que c'est pour cela que les joueurs de l'équipe de France n'ont pas pris la peine de saluer les supporters à la fin de la rencontre.
L'équipe de Corée désormais se surnomme les «Reds». Car suite à une plainte d'un évêché, on a supprimé le mot «devils». Elle est maintenant au coeur de l'actualité, pas un journal sans une nouvelle sur les «rouges». Ces ex-diables toujours rouges (malgré leur maillot rose) sont très médiatisés ici et tous les Coréens veulent les voir aller le plus loin possible dans la compétition, comme nous pour les bleus en 1998.

Les bleus quant à eux n'ont pas impressionné ici. Déjà inquiets après le match contre la Corée, les supporters le sont encore plus après le match d'ouverture contre le Sénégal. Un match d'ouverture dans un stade pas vraiment plein, le prix des places de 170 € à près de 600 € pour les meilleures en a dissuadé plus d'un, dont moi. Cependant tous les Français présents en Corée veulent encore y croire, et jeudi à Pusan beaucoup seront là pour encourager la France. Et comme dans la chanson de Gloria Gaynor : on commence par «first I was afraid, I was petrified» et l'on finira par le refrain «I will survive, I will survive». La lala lala lalalala la lala lala lalalala...

 

Recherche

la boutique de royan

La boutique de royan

OFFREZ-VOUS ROYAN !
Livres, images, affiches, posters, souvenirs...