Isabelle Pigeonnier

Les arts gagnants : ex-commerçante, Isabelle Pigeonnier a opté pour les arts plastiques. Elle est aujourd'hui agrégée. Sud-Ouest du 10/112004

L'ombre d'Emile Zola plane sur le parcours d'Isabelle Pigeonnier. Cette native de Royan a mené toute sa scolarité au lycée éponyme, de la 11e à la seconde, avant de déménager dans le nouvel établissement de la Triloterie pour y passer son bac.
D'abord commerçante, elle s'est ensuite tournée vers sa passion de toujours, les arts plastiques, décrochant une agrégation sur le tard. Elle est aujourd'hui enseignante.
« Ma première institutrice, Madame Tardy, a su me transmettre le plaisir d'apprendre et le goût du travail bien fait, se rappelle Isabelle Pigeonnier. Elle était dynamique et bienveillante. Avec son mari, Jacques Tardy, elle a certainement contribué à m'éveiller à la création artistique. Son soutien et sa confiance m'ont toujours accompagnée. »
A partir de la sixième, ses disciplines de prédilection sont le dessin et les sciences naturelles. Sous l'impulsion des professeurs Lahondère et Guillermin, elle participe à la création du club « Etude et protection de la nature », dans le cadre du foyer social éducatif du lycée : « Nous étions passionnés par notre patrimoine naturel. Ces professeurs ont su entretenir et instruire notre passion.
Avec eux nous partions, sur le terrain, vers une connaissance plus approfondie du littoral, de la forêt de la Coubre, de Bonne-Anse, des falaises de Talmont. Dans un journal que nous avions créé, intitulé « Le fou de Royan », jeu de mot inspiré du fou de Bassan, nous présentions nos découvertes... »

Gestion. Bac en poche, elle renonce, sur les conseils de ses proches, à poursuivre des études artistiques jugées trop aléatoires. Elle se forme à la gestion et, après quatre années d'études à Nantes et à Paris, revient à Royan pour ouvrir en 1977 un magasin de décoration qu'elle baptise "Au bonheur des dames", reprenant le titre du roman... d'Emile Zola. « A l'époque, c'était une décoration d'un genre nouveau, qui proposait des matériaux naturels, de la couleur, des textures chaleureuses et une simplicité. L'ambiance y était conviviale, c'est un souvenir attachant. »
L'aventure dure 15 ans. Mais subsiste ce regret ce regret d'avoir renoncé aux études artistiques. « J'aurais pu poursuivre confortablement "Au bonheur des dames", mais il m'apportait moins de surprises et n'arrivait plus à combler mon désir de création. Je sentais qu'il était temps que je m'autorise ce que j'avais toujours voulu, authentiquement, faire. »
Elle reprend des études à la faculté d'arts plastiques de Bordeaux et se confronte enfin à la création artistique. « Bien sûr, transplantée sur les bancs de la fac, les mains dans la peinture, j'ai très souvent eu des doutes, sur mes aptitudes, mais aussi sur le bien fondé de cette entreprise !» Elle obtient néanmoins une licence, puis est reçue au CAPES. Elle enseigne dans différents collèges de Charente-Maritime et développe une création plastique personnelle dans laquelle on retrouve son parcours : une géométrie inspirée par l'architecture royannaise et le paysage, dallé de claires et de marais, de l'estuaire, une composition épurée et un travail précis.
En 2003 elle obtient l'agrégation d'Arts Plastiques, reçue major au niveau national ! Que reste-t-il aujourd'hui de ses années Zola ? « Elles sont chères à ma mémoire : elles ont été riches de formation et à l'origine d'amitiés fidèles toujours présentes. C'est ce que je souhaite à tous les élèves d'aujourd'hui. »

 
classe pigeonnier
Isabelle Pigeonnier (au centre, blouse rayée) a été reçue major 
au niveau national à l'agrégation d'arts plastique
 

Recherche

la boutique de royan

La boutique de royan

OFFREZ-VOUS ROYAN !
Livres, images, affiches, posters, souvenirs...