L'arrivée du chemin de fer

Article publié le 23 avril 2013 par Marie-Anne Bouchet-Roy
Sources: Yves Delmas,
Royan, 2000
Guy Binot,
La Saga des Bains de Mer, éd. Bonne Anse, 2010
Denis Butaye,
La station touristique royannaise de la fin du XVIIIe au débutdu XXe,
à paraître aux éd. Bonne Anse, juin 2013.

Illustrations coll. Nadu Marsaudon; c-royan.com
 

 

Depuis 1820, un service régulier de bateaux à vapeur relie Royan et Bordeaux (gravure ci-dessous coll. Nadu Marsaudon). C'est grâce à ce moyen de transport que la station a engagé son développement, la clientèle étant largement bordelaise. Le Second Empire voit le triomphe du chemin de fer. Yves Delmas note qu'il s'agit « d'un procédé qui associe masse et vitesse. On peut transporter un grand nombre de personnes, vite et loin ». Les grands axes de circulation sont terminés en 1870. Les villes non desservies sont vouées à la stagnation. Une gare de chemin de fer est vitale pour une station balnéaire.

 
royan port 1850

diligenceRelier Royan au réseau est donc une priorité pour les Royannais dès 1855. La Compagnie de chemin de fer d'Orléans relie Paris à Bordeaux par Poitiers et Angoulême en 1853. Il existe aussi la ligne la Rochelle-Bordeaux par Saintes, Pons, Jonzac. À partir des lignes existantes, des liaisons vers Royan sont organisées, en diligence, depuis la gare de Roche-Chalais puis de Rochefort. De cette façon, il fallait 16 heures pour relier Paris à Royan. Il est donc urgent d'élaborer une liaison ferroviaire.
Le 5 novembre 1865, la municipalité adopte le principe du chemin de fer. Une étude de tracé avait été faite dès 1863 par Anatole Lemercier. On pense à Niort-Royan par St Jean d'Angely. Ce projet n'aboutit pas. Par la suite, deux options d'itinéraire s'opposent :
- Rochefort - Royan par Marennes avec un bac pour traverser la Seudre.
- Pons - Royan en passant par Saujon
Ce conflit auquel prennent par les élus de la région, retarde la décision en empêchant de présenter un projet commun au gouvernement. Les propositions s'affrontent par publications, études et articles dans les journaux.

 

Le 9 mai 1867, la Compagnie du chemin de fer de la Seudre est fondée pour une liaison de Pons à Royan et La Tremblade. Elle est présidée par le Dr Rigaud. Des difficultés se font jour pour l'élaboration du budget prévisionnel, qui concernent l'évaluation du coût de constitution au km, la subvention du Conseil Général, la subvention demandée à l'État. Les attaques fusent entre républicains et bonapartistes. On fustige aussi le manque de soutien des députés girondins pour le projet de chemin de fer de la Seudre, les accusant de ne pas favoriser Royan, de peur d'affaiblir Bordeaux et Arcachon. L'ingénieur Louis Dagail propose alors une solution à voie étroite plus économique que le conseil municipal de Royan adopte en 1869, pressé de voir arriver le chemin de fer mais qui n'aura pas de suite.
Le 15 janvier 1873, sur le projet des ingénieurs Desgranges et Richard, la ligne de 71 km de Pons à Royan (par Saujon, Cozes, Gémozac) avec embranchement pour la Tremblade est déclarée d'utilité publique.

Le budget total du projet est estimé à 6 713 320 FF (source Denis Butaye)
Subvention de l'État : 750 300 FF
Subvention du Conseil Général : 1 365 289 FF.
Participation des communes traversées : 217 731 FF
Souscription d'investisseurs locaux : 593 000 FF
Prévision de recettes : 8 000 FF du km.

 
Nadu-MARSAUDON-carte-postale-locomotive

Une des locomotives de la Compagnie des chemins de fer de la Seudre. Coll. Nadu Marsaudon

 

La société de construction des Batignolles démarre les travaux en 1874. Quatre locomotives baptisées Royan, La Tremblade, Saujon et la Seudre sont spécialement construites. Elles ne peuvent dépasser 55 km/h.  Il est prévu d'assurer 3 trains journaliers aller-retour sur les deux lignes. Les voitures (1ère, 2ème ou 3ème classe) ne sont pas chauffées donc les employés distribuent des bouillotes. À Pons, la ligne de la Seudre se raccorde avec les grandes lignes pour rejoindre Saintes, Angoulême, Limoges, Rochefort, La Rochelle, Périgueux, Bordeaux ou Paris. La gare de Royan (carte postale ci-dessous coll. Nadu Marsaudon) est construite en 1875 et agrandie en 1892.

 
Nadu-MARSAUDON-carte-postale-gare de royan

La réception officielle de la ligne a lieu le 25 août 1875 mais elle est ouverte officiellement le 28 août 1875 avec 84 passagers payants. Le 5 septembre 1875 a lieu une grande fête avec bal du soir et feu d'artifice. La ligne de La Tremblade qui bifurque de celle de Royan est ouverte le 24 juin 1876 et inaugurée le 2 juillet 1876. Les résultats déficitaires des deux premières années d'exploitation contraindront les actionnaires à vendre la Compagnie des chemins de fer de la Seudre à l'État par la loi du 20 juin 1880. La Compagnie des chemins de fer de l'État assurera la liaison Royan-Paris et la compagnie du midi reliera Bordeaux à Royan par le Verdon.

 
Nadu-MARSAUDON-carte-postale fantaisie

Coll. Nadu Marsaudon

Le chemin de fer a favorisé l'arrivée à Royan d'une nouvelle clientèle parisienne et cosmopolite. Les baigneurs passent de 17 000 par saison à 71 614 en 1881 (source Guy Binot).  Au début du XXe siècle, des trains directs partent tous les jours des gares de Montparnasse et d'Austerlitz  à 11h30 et arrivent à Royan vers 19h48. Ces trains empruntent un trajet passant par Chartres, Saumur, Niort, Saintes. Des affiches de chemin de fer de la fin du XIXe siècle vantent le Royan Express mis en place pendant la saison touristique et détaillent son trajet ou annoncent les trains rapides reliant Paris à Royan en 7 heures. De Bordeaux, les départs sont nombreux et le trajet dure 2 h. Le transport maritime n'a pas cessé pour autant et les « trains du plaisir » (vapeurs à passagers) amènent chaque dimanche, en 3 heures, de nombreux visiteurs de Bordeaux à Royan.

 

Plus d'infos sur les affiches de chemin de fer

Les reproductions d'affiches touristiques sur Royan et sa région sont en vente sur
le site des Éditions Bonne Anse

 

Recherche

la boutique de royan

La boutique de royan

OFFREZ-VOUS ROYAN !
Livres, images, affiches, posters, souvenirs...