FIAC 1964-1977

FIAC

Certains croient que le Festival de Royan vit toujours, que, chaque année, il dévoile à nouveau un programme énorme, parsemé de créations mondiales, étonnantes de qualité et de «modernité». Hélas, il n'est plus ! Le temps passe, les mémoires défaillent, les souvenirs pâlissent.
Au secours ! Le temps est venu de faire revivre cette aventure étonnante qui a animé, de 1964 à 1977, une station balnéaire renaissante malgré les ravages de la guerre.
Musiciens, chefs d'orchestre, compositeurs, peintres, photographes, danseurs, acteurs, cinéastes du monde entier, se retrouvaient pendant la première semaine des vacances de Pâques. La presse internationale, l'O.R.T.F., tous les acteurs, public et participants se rencontraient, discutaient sous la Rotonde du Casino Municipal, dans une convivialité particulière. Royan était un creuset bouillonnant des créations proposées.
Les émotions étaient fortes, les discussions intenses, les charivari fugaces et passionnés, les joies inoubliables… Les plus grands noms de la musique contemporaine ont été joués par les plus grands artistes. Certains ont été révélés à Royan, leur renommée date de ces «Quatorze Glorieuses», comme les a baptisées Jacques Lonchampt.

 

Henri BesançonPour ne pas perdre une miette de ces instants, Henri Besançon, médecin royannais, mélomane fervent, prenait ses vacances, chaque année, pendant ces semaines particulières.
Témoin fidèle et passionné, il se devait de raconter la naissance, l'apogée, les péripéties, la réussite et la fin de cette entreprise inégalée.

Extrait p.73

Après une nuit Xenakis en 1971, les organisateurs du Festival laissent carte blanche à Paul Méfano au casino de Royan. Le programme comporte 5 œuvres dont Messe des Voleurs :
« Interprétée par 15 instrumentistes, 4 chanteurs et chanteuses, ..., bande magnétique à 6 pistes, le tout à l'état d'ébauche, de brouillon, pas ou peu répété, un public disséminé dans la rotonde, dans une anarchie rarement atteinte. Eh bien malgré toutes ces imperfections, le public fit une ovation à l'auteur et Méfano sortit triomphant de cette épreuve, malgré la désertion des 4 chanteurs et de nombreux instrumentistes... Rappelons que la messe fut interrompue après 20 minutes de concert, les percussionnistes étant au bar du casino, en oubliant leur devoir ! »
 

La petite histoire

On ne peut parler du FIAC sans évoquer le Casino Municipal de Royan. Inauguré en 1960, œuvre des architectes Ferret, Courtois et Marmouget, ce symbole de modernité était au diapason du Festival. Le cœur de la manifestation battait d'ailleurs dans la Rotonde du Casino qu'un journaliste qualifiait à la fois de quartier général et de champ de manœuvres.
 
4iemeFIAC
 
 

Recherche

la boutique de royan

La boutique de royan

OFFREZ-VOUS ROYAN !
Livres, images, affiches, posters, souvenirs...