Sculpture

De Nadu Marsaudon à Mika, de Marc Rebollo à Jean-Louis Cazieux, ils ont tous Royan en point commun !

Pierre Zmyslowski

Il partait, comme un vagabond, à la découverte de lui-même mais avec un objectif et pas des moindres, travailler, apprendre, ne connaissant rien d'autre, sans aucune attache, aucun lien, n'ayant qu'un souvenir amer et douloureux de son enfance, donc le chemin était libre, petit mais libre, qui le conduisait inéluctablement à faire l'expérience de lui-même.
Très vite, son apprentissage commençait, aspirant à des expériences professionnelles. Il ne manquait pas l'occasion de faire des métiers divers, dans des domaines très différents, ce qui l'obligeait à redoubler d'efforts. On ne tarda pas à voir en lui sa disponibilité et ses nombreuses compétences qui se diversifiaient dans des domaines aussi variés que la technique hydraulique, pneumatique, mécanique générale, sachant travailler sur l'ensemble des machines-outils, à la construction de charpente métallique, etc...
Il se voit, malgré son jeune âge, confier la réalisation de gros chantiers, avec des personnes sous sa responsabilité. Tout lui semblait naturel. Il s'investissait totalement faisant corps avec ce qu'il entreprenait, sans compter ses heures, ses jours, ses nuits ; il lui incombait avant tout, de mener à bien la mission qui lui était confiée et de travailler dans la confiance.
Dès qu'il avait la connaissance d'un métier et pensant l'avoir maîtrisé totalement, il quittait l'entreprise pour découvrir une nouvelle expérience, ne se souciant guère de sa vie personnelle, foulant au passage tout ordre, évolution sociale et personnelle, argent ; tout cela ne l'interpellait pas. Il demeurait soucieux de l'objectif qu'il s'était fixé dans son coeur : la connaissance de lui-même, non pas des ambitions personnelles de "tout poil" qu'il bravait au fur et à mesure que le monde s'ouvrait devant ses yeux.
Il partait et recommençait sans relâche, infatigable, boulimique, allant toujours plus loin, dans des dizaines d'entreprises en Europe. Des missions très ponctuelles lui étaient confiées dans des sociétés aussi diverses que variées, travaillant aussi bien pour l'Aérospatiale, dans l'industrie atomique et les technologies avancées. Ayant une très riche expérience, un jour, fatigué, peut-être lassé et n'étant plus lui-même rempli, nourri par son travail, à l'âge de 23 ans et après 5 ans de travail sans discontinuité, il décidait d'arrêter définitivement ses expériences dans le monde industriel. Fidèle et talentueux exécutant , il lui manquait l'expérience ultime : la Création.

Après 10 ans d'expérience de semi-isolement, voué à ne vivre que pour l'Esprit, un jour, la vie le conduit de nouveau à faire de nouvelles rencontres dans la matière. Doté de connaissances exceptionnelles dans la technique, tour à tour, il devient architecte, constructeur, entrepreneur de travaux dans le bâtiment. Très vite, diriger du personnel, tenir une comptabilité stricte pour faire de la rentabilité à "tout va" et donc déroger à l'idée qu'il s'était faite du travail et de sa vocation première, ne lui convenaient pas. On ne peut pas créer dans la contrainte mais seulement dans la liberté. Il se voit naturellement dans l'obligation de travailler seul pour mener à bien des créations avec une maîtrise et une technique parfaite : être au service de l'oeuvre. Parfaitement maîtrisée, l'oeuvre prend naissance et toute sa dimension avec une facilité déconcertante. Aller à l'essentiel, sans fioritures, pas de contestation possible : elle est. L'Artiste ! Restera-t'il gravé dans nos mémoires ? Une chose est sûre, je confirme que ces créations, du fait de la qualité de leur conception, demeureront dans le temps sauf si un déluge les emporte de notre mémoire comme l'ont été tant d'oeuvres.

Toujours insatiable, il créait encore et encore, sans relâche, infatigable, ses créations devaient aller au-delà, aller vers la Lumière. Le mot est lâché "Lumière". Ici le cristal prend toute sa dimension, rien à dire, rien à ajouter, rien à faire. Il suffit de regarder, regarder... regarder indéfiniment. Je me voyais plongé dans une douce symphonie, comme si l'oeuvre était dirigée d'une main de maître et que tous les instruments étaient accordés à l'unisson pour que le Céleste soit invité. Troublé, je me ressaisis, et voyant bien là le signe sans conteste d'un véritable artisan, je frémissais encore. Je prenais là, toute la conscience de ce que pouvait être la servitude d'un véritable Créateur.

Il me confia : "j'avais beaucoup de certitudes, aujourd'hui un peu moins, mais la certitude et la conviction absolue que l'on peut faire l'expérience que l'on veut, il suffit pour cela de voir l'empreinte des hommes dans leur Histoire. On peut écourter les mauvaises expériences pour peu que l'on veuille. Pas le vouloir pour le vouloir mais le vouloir pour servir au mieux, scrupuleusement, toujours avec le souci de la justesse, laissant peu de place au hasard, au doute, à l'inquiétude, à la peur, faisant souvent aussi place à l'abnégation de soi-même, le souci de la rigueur toujours plus fort, d'aller en avant, sans la crainte du lendemain et du matériel mais ayant, comme seul Maître, l'Esprit, seul Guide, inspiré en chacun de nous". Nous voilà sur un chemin peu habituel.

Conscient du monde social dans lequel nous sommes, n'entreprenant pas moins sans défaillir notre responsabilité, toujours soucieux de la Vérité mais prenant bien garde de l'exprimer, dans le silence nous avançons pas à pas, invité à écouter la nature pour peu que l'on soit attentif. Combien alors de souffrances épargnées. Ici, inéluctablement, prend vie, prend force, telle a été la création de nos grands instigateurs, qui témoignent encore de part le monde et nous émerveillent par leur grande inspiration. Nous pouvons délecter ce nectar dans un calice de cristal, geste inconscient mais combien sacré. Dans le symbolisme du vivant, c'est là que nous voyons toute notre magnificence, non pas l'égo mais le coeur même, siège sacré de l'Homme, étincelant, glorieux, à mille années-lumière du "petit moi" qui nous déverse tout cet amour dont l'Homme à tant besoin et que l'Homme a cherché impudiquement depuis la nuit des temps.

 

Pierre Zmyslowski
10 rue de Grandolle
17490 Gourvillette

 

Recherche

la boutique de royan

La boutique de royan

OFFREZ-VOUS ROYAN !
Livres, images, affiches, posters, souvenirs...