Architecture des années 2000

Quand un vent nouveau souffle sur l'architecture...

Le sacre de l'architecture

Didier Quentin, Député de la Charente-Maritime, Vice-Président du Conseil Général, Président du Comité Départemental du Tourisme
Décembre 2006


Les deux remarquables ouvrages de Frédéric Chasseboeuf «Les villas de la côte de Beauté en Charente-Maritime» et d'Antoine-Marie Préaut «Guide architectural Royan 1950» ont été, en cette fin d'année 2006, fort justement couronnés par le Prix des Mouettes. L'objet de cette distinction est de récompenser des œuvres littéraires ou des essais de qualité ayant un lien avec notre département

L'un des mérites de ces deux jeunes auteurs est de contribuer à réconcilier les Royannais avec l'architecture de leur ville et surtout de les inviter à mieux la regarder.

Quand j'étais enfant, je me souviens avoir souvent entendu des habitants de la cité martyre, détruite par le tragique bombardement du 5 janvier 1945, se lamenter : «Pourquoi n'ont-ils pas refait notre beau Royan d'avant-guerre ? Pourquoi tout ce béton ? Pourquoi tous ces cubes ? ...» J'étais d'autant plus sensible à ces critiques que mon père était l'un des architectes de la reconstruction.
Eh bien, aujourd'hui, grâce à l'ouvrage d'Antoine-Marie Préaut, magnifique hommage à tous les talents qui se sont exprimés dans notre Royan durant plus d'une décennie, les lecteurs que je souhaite très nombreux vont pouvoir apprécier l'intelligence du plan d'urbanisme, la fulgurance des formes, l'innovation des matériaux ; bref tout ce qui donne à cette architecture royannaise une identité forte, typique des années 50. Une telle entreprise n'était possible que dans un pays naissant, à l'image du Brésil avec Brasilia, ou dans un pays renaissant comme la France de l'après-guerre, avec Le Havre et Royan.
C'est pourquoi, après le grand port normand, il est permis d'envisager un classement au patrimoine mondial de l'UNESCO pour Royan...
Quant au beau livre de Frédéric Chasseboeuf, il vient inviter les habitants et les estivants à contempler nos édifices dans leur aspect global, mais aussi dans leurs détails.
Nos villas ne pourront plus interpeller les promeneurs d'un «vous qui passez sans me voir...» Les regards vont être dorénavant nettement plus avertis, et beaucoup seront séduits. J'espère enfin que cet intérêt ressuscité pour notre patrimoine architectural évitera la répétition de ce qui reste l'une des grandes bêtises de ces 25 dernières années : la démolition du Casino qui a mutilé le plan d'urbanisme de Royan et qui nous a privés d'équipements de loisirs et de spectacles, encore non remplacés à ce jour.
Alors, bravo de tout cœur à Frédéric Chasseboeuf et à Antoine-Marie Préaut ! Et aussi aux Editions Bonne Anse qui, sous la conduite éclairée de Pierre-Louis Bouchet, poursuivent leur action admirable pour que notre pays royannais rayonne de tous ses feux et renforce son attrait touristique.

couv guide 50Couverture

 

Recherche

la boutique de royan

La boutique de royan

OFFREZ-VOUS ROYAN !
Livres, images, affiches, posters, souvenirs...