Villa Mimosa-Violetta

Parc n°2

**
Architecte(s) : Inconnu.
Adresse : 55 et 53 avenue du Docteur Charcot Date de construction : vers 1920 Entrepreneur : Inconnu Protections :
  • ZPPAUP

Cachées par un manteau végétal assez dense, les villas Mimosa et Violetta se font plus discrètes qu'elles ne devraient l'être. Qu'importe, la verdure qui les entoure les pare d'une grâce supplémentaire. Elle leur assure, de surcroît, une authenticité qu'aucun ajout contemporain n'est venu contrarier.

Réalisée en « opus incertum » qui bannit presque totalement la pierre de taille, la façade principale de Mimosa et de Violetta s'autorise la fantaisie de quelques briques vernissées de couleur bleue. Utilisées presque exclusivement en deux bandeaux horizontaux appareillés de manière différente, elles constituent, comme souvent, un sérieux indice de datation de l'entre-deux-guerres. L'apparition du garage automobile, glissé dans le soubassement, l'efficace simplicité esthétique des huisseries, des garde-corps ou des colonnes supportant l'auvent des deux portes d'entrée, la hiérarchie des baies et de leurs contrevents ou l'utilisation de la tuile canal en couverture sont autant d'éléments qui permettent de renforcer cette hypothèse. Discrètement mâtinées de touches Art déco, les charmantes mosaïques décoratives accompagnant le nom des deux habitations viennent confirmer que Mimosa et Violetta sont bien nées durant les Années folles.

Leur assurant le paraître d'usage que requiert un quartier balnéaire, le principe des maisons jumelles fait oublier un programme plutôt modeste. Cette forme de démagogie architecturale s'est développée à la fin du xixe siècle, lorsqu'on a eu l'idée d'accoler deux villas de type cottage. Le rejet des deux pignons et des circulations, de chaque côté d'un corps de bâtiment commun, a induit une monumentalité qui a séduit plus d'un propriétaire. L'avantage d'un tel principe se comprend aisément : il permet d'optimiser la surface utile de la parcelle, de masquer la taille réelle des deux habitations, tout en réduisant les coûts de construction. Souvent réservées au marché locatif, les villas jumelles ne se sont développées que de façon assez marginale à Royan. Bien qu'elles fassent partie d'un corpus mal étudié, en dépit de son intérêt, on peut affirmer que Mimosa et Violetta symbolisent l'aboutissement de l'évolution d'un modèle. En effet, le traditionnel double avant-corps latéral à pignon a ici totalement disparu, au profit d'une façade unitaire qui doit désormais son élégance à d'autres artifices architecturaux permettant d'accrocher les ombres et les lumières, tels les auvents, les balcons ou le jeu de débords de la toiture. Tous ces détails montrent que le modèle de base a évolué et qu'il a su renouveler son vocabulaire décoratif.

Détails


Cliquer sur une image pour l'agrandir


Retour

Recherche

la boutique de royan

La boutique de royan

OFFREZ-VOUS ROYAN !
Livres, images, affiches, posters, souvenirs...

Recherche avancée 1900

Bouton recherche avancée widget

Recherche

la boutique de Royan

La boutique de royan

OFFREZ-VOUS ROYAN !
Livres, images, affiches, posters, souvenirs...