Boulan Henry

Architecte et entrepreneur de travaux publics royannais (1863 -1933).
Membre d'une dynastie d'entrepreneurs, il est le fils de Benoît-Félix Boulan (1827-1898), entrepreneur à Royan ; le gendre de Léon-Félicien Palausi, entrepreneur de travaux en ciment et en mosaïque à Poitiers; le beau-frère Henri Palausi, architecte, ancien élève de l'École Nationale des Beaux-Arts (diplômé en 1904), ainsi que de Jules Robert, entrepreneur et conseiller municipal de Royan (1857-1924).
Henry Boulan a laissé une oeuvre particulièrement importante à Royan, malgré les destructions de la seconde Guerre Mondiale. Sa période d'activité se situe à la fin du XIXe siècle et s'étend par la suite à une partie au siècle suivant. Il commence sa carrière comme entrepreneur aux côtés de son père et devient vite entrepreneur-architecte. Parmi les premiers travaux qui sont confiés au père et au fils, il faut noter ceux du port de Rochefort (1882) et de voiries lors de la création du quartier du Parc, à Royan (1885-1886). L'essor que prend la ville à partir de 1885 permet à Henry Boulan de s'attirer une clientèle nombreuse pour la construction de villas. Il travaille essentiellement à des commandes privées, pour le quartier du Parc. Au fur et à mesure des modes architecturales, son style change et il adopte des formes plus régionalistes. On lui connaît des oeuvres mineures mais également un certain nombre de belles réalisations. Plus de quatre-vingt signatures d'Henry Boulan sont encore visibles en pays royannais. Il est associé à la réalisation du lotissement privé de l'Oasis, dont il modifie les plans en 1897-1898, à la demande de son nouveau propriétaire, monsieur Mange. Comme entrepreneur il signe, notamment à Royan, une intéressante maison de ville (91, cours de l'Europe), sous la direction de l'architecte Chaussat ; la villa Sabella (av. des Chênes-verts), sur les plans de l'architecte d'Espelosin; la villa Paquerette (av. Emile Zola) ; une maison de ville (av. des Tilleuls) ou la villa en briques Olga (av. Olga). Parmi les villas dont il est l'auteur, il faut citer, par exemple Berthille (av. Louise), l'imposante villa Léona-Ghislaine (rue du docteur Charcot), Guyvonney (bd F. Garnier), Gaston-Albert (av. d'Aquitaine), Le Bocage (av. d'Aquitaine), La Chaumière (av. du Bois), Koasis (av. du Bois), Les Ramées (av. de La Clairière), Oaklands (av. de La Chenaie), La Loggia (av. de La Clairière), Floretta (av. de La Clairière), Hylé (av. des Marguerites), Mangive (av. des Pins), Ker Jannik (allée des Mouettes), Fauvette (av. de la Plage), Bois-Franc (av. de Verdun), Jasmine (av. des Semis), Evergreen (av. Saint-François), Madiathéa (av. du Rond-Point), Bois-Clair (av. de l'Atlantique), La Roseraie (av. de l'Atlantique), l'imposante villa Les Pholènes (av. des Marguerites), ou encore les villas jumelles Primevère et Passe-Rose (av. des Semis).
En dehors de Royan, où il intervient peu, il faut mentionner les villas Libellule (av. de Trez-la-Chasse, à Saint-Palais-sur-Mer), Jou Yette, (av. du Rond-Point, à Saint-Georges-de-Didonne), et Riviera Océane, (bd de Lattre de Tassigny, à Saint-Georges-de-Didonne), où le béton est utilisé pour les structures. Certaines réalisations d'Henry Boulan ont été publiées par l'éditeur Charles Massin, en 1926, dans Villas et cottages des bords de l'Océan.
Avec son beau-frère Jules Robert, il prend part à la vie de sa ville et sera élu durant de longues années conseiller municipal de Royan. L'oeuvre d'Henry Boulan mériterait d'être étudiée puis dévoilée au public. Une partie du charme du quartier du Parc et de l'Oasis réside dans son style imagé. Une avenue de Royan porte son nom.

Frédéric CHASSEBOEUF


Retour

Recherche

la boutique de royan

La boutique de royan

OFFREZ-VOUS ROYAN !
Livres, images, affiches, posters, souvenirs...