Petite histoire de la piraterie

La tenue à Royan d'un colloque sur la piraterie a réveillé de vieux souvenirs. En cherchant bien, nos ancêtres auraient souvent hissé le drapeau noir au large de la forteresse royanaise. Profitant des périodes troublées, certains, seigneurs ou simples marins, avaient de drôles de façons d'améliorer l'ordinaire.

 

Par Guy Binot

royan gravure

 

Un très sérieux colloque sur les moyens de lutter contre la piraterie maritime s'est tenu à Royan. En dépit de toute la gravité avec laquelle il convient d'aborder ce genre de criminalité, on peut relever l'ironie qui consiste à tenir de tels débats dans une ville dont les habitants doivent admettre que leurs ancêtres marins ont tous participé peu ou prou à la piraterie.
Bien entendu, c'est lorsque le pouvoir central était affaibli que la piraterie s'est développée. Sur l'estuaire de la Gironde c'est donc lors de la Guerre de Cent Ans et des Guerres de Religion.
Cependant dès le XIII° siècle, les Rôles d'Oléron, souvent attribués à Aliénor d'Aquitaine, interdisent la piraterie et les naufrageurs qui provoquaient des naufrages afin de piller les navires, sous peine de châtiments cruels, bien inconnus de nos juristes actuels. "Ces manières de gens doivent être plongés en la mer tant qu'ils soient demi-morts, et puis les tirer, les lapider et assommer comme on ferait un chien ou loup". Si le seigneur est coupable "il doit être pris et lié à une esteppe au milieu de sa maison, et on mettra le feu ès quatre cornières de sa maison, et faire tout brûler et les pierres des murailles jetées à terre et là faire un marché pour vendre des pourceaux à tout jamais perpétuellement". A cette époque, un des seigneurs de Didonne et de Royan, Geoffroy IV de Tonnay, est accusé de piraterie, mais rien de fâcheux ne semble lui être arrivé.


Au début du XV° siècle, avec les Français en Saintonge et les Anglais au Médoc et à Bordeaux, la Gironde est devenue une dangereuse frontière où la course et la piraterie se déchaînent. Le corsaire est chargé d'attaquer l'ennemi au nom du roi, le pirate est un brigand des mers qui agit uniquement pour son propre compte. S'il est pris, il est roué ou pendu comme tel, alors que le corsaire est rançonné comme tout chef militaire. Quand Renaud de Pons dirige la région en 1410, les navires sont attaqués par les pirates de Talmont et de Royan, qualifiés de "pilhars ou larrons de mer".
Lors des Guerres de Religion, la garnison de Royan, aux mains des ligueurs catholiques, rançonne officiellement les réformés mais aussi les catholiques, comme Louis de Foix, l'architecte de Cordouan, retenu prisonnier en avril 1585 au château de Royan en attendant le paiement de sa rançon.
Redevenu protestant, c'est le gouverneur Candelay qui est accusé de piraterie en 1596 quand il se plaint qu'il ne peut garder la place "faute de moyens pour payer laditte garnison". Pour se procurer des fonds, il impose des contributions par la force aux navires qui transitent en Gironde, ce qui provoque le virulent pamphlet d'un marchand bordelais, protestant lui-même, qui se plaint d'avoir été dépouillé à Royan, par ses coreligionnaires qu'il fustige comme des "voleurs plus cruels que les Arabes", dont les pirates sévissent alors en Méditerranée. Deux pirates huguenots, Blanquet de Mornac et Gaillard de Royan, écument la Gironde. Menacés à Royan par la flotte du vice-amiral de Guyenne, ils s'enfuient en mer puis se réfugient en Seudre où ils sont pris le 26 juin 1617 avec seize de leurs hommes. Ils sont condamnés à mort et roués vifs à Bordeaux avec sur la tête une couronne de papier portant "Capitaines de pirates traîtres et rebelles au roi" en faisant preuve d'un grand courage sous la torture. Leurs hommes sont pendus le lendemain.
Mais tout cela est bien loin. Si nos juristes se sont penchés sur la piraterie qui sévit en quelques lointaines parties du monde, la Gironde est redevenue un estuaire sur lequel on peut naviguer sans crainte du moindre pirate.

 

Recherche

la boutique de royan

La boutique de royan

OFFREZ-VOUS ROYAN !
Livres, images, affiches, posters, souvenirs...

Gagnez Royan

Gagnez Royan